ARLES

ARLES NUE

Un Festival de photos de nu à Arles, dix neuf fois!

ENVRAK,

Article de Jean Barak

http://www.envrak.fr/arts/arles-nue/

Art'n Mag

Interview par Elora Weill-Engerer
novembre/décembre 2018

45076690_10217687589612438_1239096424218492928_n.jpg
Article Olga Nov-Dec Art'nMa2.jpeg
Article Olga Nov-Dec Art'nMag3.jpeg
Article Olga Nov-Dec Art'nMag4.jpeg
Article Olga Nov-Dec Art'nMag5.jpeg
Article Olga Nov-Dec Art'nMag6.jpeg

ARTS LIBRE

Article de Roger-Pierre Turine, oct 2018

ARTS LIBRE oct 2018 CO.jpeg
ARTS LIBRE oct 2018 ok.jpeg

Revue PERSONA N°5 // Printemps 2018

Entretien avec Frédéric Lemaître autour de ma série "Daydreams" dans la revue PERSONA N°5 // Printemps 2018

Persona.jpg
Olga Caldas.Personap2.jpg

Disponible à la librairie du Centre Georges Pompidou, Paris

36282352_2202703283294225_617019949545684992_o.jpg

Lancement du n°5 de la revue PERSONA au Bar à Bulles le 12 juillet 2018

Olga Caldas Ne Se Cache Pas : Découverte D’une Photographe Qui A L’œil

Olga Caldas Ne Se Cache Pas : Découverte D’une Photographe Qui A L’œil

° MANIFESTO XXI _ Elora Weill-Engerer

©Olga Caldas - Le Lac

©Olga Caldas - Le Lac

Olga Caldas souligne quelque chose d’essentiel en photographie : ce qui est caché se voit mieux, ou plus intensément. Les espaces ont beau se distendre, depuis le lac mythique jusqu’à l’intimité quasi-perverse de la salle de bain, le topos reste le même. Découverte d’une photographe pleine de ressources.

©Olga Caldas –  Le Lac, Performing  white and black

©Olga Caldas – Le Lac, Performing white and black

Cette libido sentiendi qui habite Olga Caldas se traduit par une curiosité pressante, une nécessité herméneutique : lever le voile de Popée, vite. C’est que le caché fascine, d’autant plus que celui qui est caché semble prendre plaisir à être vu. Les séries de photographies deviennent des sortes de jeux, où les règles s’établissent entre vus et voyeurs, acteurs et spectateurs.

©Olga Caldas –  Le Lac, Wedding  black and white

©Olga Caldas – Le Lac, Wedding black and white

On pense alors à cette pulsion scopique décrite par Racine : « Madame, en le voyant, songez que je vous vois » (Néron à Junie). En effet, les personnages d’Olga Caldas ne nous regardent pas, mais ils nous voient, même de dos, même s’ils ont le visage dissimulé. On ne peut donc plus ignorer que nous sommes regardés-regardant et c’est tout le génie de ces photographies.

©Olga Caldas –  À fleur de peau  #jardin

©Olga Caldas – À fleur de peau #jardin

Mi-fantômes, mi-êtres mythologiques, les figures d’Olga Caldas errent dans des lieux familiers et étrangement inquiétants. Depuis la demeure gothique jusqu’au jardin en passant par la soirée parisienne, la sensation est bien celle d’assister à une scène singulière, un rituel moderne et quotidien à la fois.

©Olga Caldas –  À corps perdu

©Olga Caldas – À corps perdu

Avec l’exposition « Boudoir », Olga Caldas propose d’investir une galerie comme un petit salon aux réputations sulfureuses. Le boudoir, c’est ce lieu d’où émane la chaleur moelleuse et intime d’un intérieur douillet et sert en même temps d’écrin à tous les interdits. Si le marquis de Sade a contribué à développer la renommée de cette pièce propice aux causeries privées et actes scandaleux, il en a également dégagé toute la philosophie. « Boudoir » vient de « bouder » qui signifie mettre à l’écart. Éloignée de ce lieu réservé aux femmes, la gent masculine a de fait su trouver dans le boudoir terrain propice aux fantasmes érotiques.

©Olga Caldas –  À corps perdu

©Olga Caldas – À corps perdu

Dans la quasi monochromie des corps soulignés par le noir et blanc, les photographies donnent à voir au spectateur… si celui-ci, du moins, accepte les règles du jeu.

tumblr_p0r7coI98p1vwx0cao1_1280.jpg

NEXT - LIBERATION / par Dominique Poiret

Capture d’écran 2018-04-29 à 17.07.09.png

14 mai 2017 à 14:58

La Galerie IMMIX (Paris) propose une exposition réunissant quatre femmes artistes photographes autour de la représentation du corps, de l'intime et de l'intimité. Pour trois d'entre elles, il s'agit d'autoportraits : Niloufar Banisadr, Olga Caldas et Mamon Weiser, quand Anémone de Blicquy opte pour un portrait de l'intimité filial. Pour «Libération», elles expliquent leur démarche.

 

1021743-26-x-40.jpg

Olga Caldas travaille depuis une dizaine d’années sur la mise en scène du corps, et aussi sur sa mise en fiction. «Que ce soit dans “Daydreams” où je donne cours à une autobiographie rêvée, ou dans “Et le corps se délie” (qu’on peut entendre : “Et le corps ce délit”), je transcrit mon expérience de l’intime au plus près de la chair, celle de l’autre ou la mienne propre.»

 

1021746-olga-chinon-nb-nov14-029-copie.jpg

«J'essaye de faire réfléchir, pas comme on l’imagine, mais plutôt comme un miroir réfléchit. Je suscite du fond de nous-mêmes un face-à-face imprévu.»

1021745-26x40_035-017-01-16.jpg

«Et le corps se délie», exposition à voir jusqu'au 27 mai à la Galerie IMMIX, 116 quai de Jemmapes, 75010.

Photo Olga Caldas en collaboration à la prise de vue Eric Paulin

ARTS Libre

©Olga Caldas - et le corps se délie

©Olga Caldas - et le corps se délie

supllb_20170517_art_full2.jpeg
supllb_20170517_art_full3.jpeg
supllb_20170517_art.JPEG

YIA BRUXELLES

ARTS LIBRE, Belgique, 21 avril 2017

_Produits_LBCOMPACT_Paru_2017-04-21_Pages_CUL--001.pgl.jpeg
18010919_1476424152399311_3541342318749358243_n.jpg
f899d4_3deeba64e16d4f3aad864b0bde5f7102~mv2.jpg
18033280_1476424155732644_4922573791314646404_n.jpg

Top 10 of black and white photos

Paradise Globe magazine, april 2018

IMG_2656.jpg

Paradise Globe magazine, april 2018

Paradise Globe magazine, april 2018

©Olga Caldas

©Olga Caldas